DE· FR· IT|Kontakt|Home

Internet; bénédiction ou malédiction?

L’alcool et les drogues ne sont pas seuls à rendre les humains dépendants. Certains comportements peuvent également conduire à une dépendance. Ainsi, différents aspects d’Internet, qui peuvent prendre une place importante, à cette époque de communication intense via les réseaux sociaux tels que Facebook, ou les jeux en ligne. Normalement, de telles activités sont de simples loisirs agréables, parmi d’autres. Ce qui est particulièrement important: le libre choix. En règle générale, les jeunes (avec l’aide des parents ou également de leur cercle d’amis) arrivent à se limiter et les aspects positifs et de divertissement restent prioritaires.

A l’inverse de ces aspects positifs de passer du temps libre sur Internet avec des amis, se situent les comportements relevant de la dépendance. Les raisons de l’addiction en ligne ne se trouvent généralement pas dans les activités elles-mêmes. Elle est bien plus souvent issue d’une instabilité émotionnelle ou d’un isolement social. Le motif d’une communication ou d’un jeu compulsifs est bien souvent à rechercher dans une estime trop faible de so. Offrant une appartenance à une communauté virtuelle et la reconnaissance qui en résulte, les jeux en ligne et les sites de réseaux sociaux prennent une (trop) grande place dans son quotidien.

onlinesucht

Les frontières entre plaisir et dépendance sont floues et pas toujours perceptibles du premier coup d’oeil et: ites et réseaux sociaux recèlent un vrai potentiel de dépendance. Ces techniques donnent à l’utilisateur des réponses immédiates et des satisfactions directes, indépendamment de l’heure. Mais derrière cela, la peur de la solitude et de l’isolation sociale peut tout à fait être la force motrice cachée d’une utilisation excessive de Facebook: le virtuel prend le dessus sur le réel.

Les jeux en ligne avec des participants multiples se jouent exclusivement sur Internet. Ils se caractérisent par le fait que plusieurs joueurs jouent en même temps au même jeu. Les jeux en ligne avec des joueurs multiples recèlent un potentiel de dépendance bien plus important encore que les autres jeux. Ces jeux se poursuivent même sans la présence de l’enfant, et n’ont pas de fin. Ils peuvent donc être joués sans limites. Un sentiment de responsabilité et d’implication se crée parmi les joueurs au fil du jeu. Ce qui peut à nouveau entraîner inconsciemment une forte pression de groupe de continuer à jouer.

Comment reconnaitre une addiction à Internet?

Lorsque l’on parle d’une addiction à Internet, il s’agit bien moins de la durée d’utilisation que du fait que l’enfant introduit sa consommation médiatique dans son quotidien et non pas le déroulement quotidien dans son utilisation médiatique. Le rapport entre l’utilisation d’Internet et les autres activités quotidiennes peut servir d’indicateur. En principe, plus l’enfant est jeune, moins il passe normalement de temps sur Internet. Plus de 20 heures en ligne par semaine sont considérées, indépendamment de l’âge, comme inquiétantes. Mais même cela ne doit pas obligatoirement s’accompagner d’une addiction à Internet. Cependant, il s’agit de trouver la raison pour laquelle un enfant est souvent en ligne. Si les réponses laissent supposer que le temps régulièrement passé sur Internet sert de fuite et de dérivatif, la prudence est alors de mise.

D’éventuels signes de l’addiction à Internet peuvent également être les états suivants. Votre enfant ...

  • est nerveux ou agité lorsqu’il ne peut pas ou n’a pas le droit d’être en ligne. Manque de sommeil, épuisement et manque d’exercice marquent le quotidien.
  • cache sa durée et le genre d’utilisation, et essaie de changer de sujet.
  • ne peut pas limiter son temps en ligne. Il perd le contrôle de son temps passé en ligne.
  • a des sentiments de culpabilité et de honte lorsqu’il a été en ligne sans y être autorisé.
  • néglige ses autres activités durant son temps libre. Il n’a de contacts avec les autres enfants qu’en ligne, et néglige fortement toute autre forme de contact.
  • a des difficultés à se concentrer, ses performances à l’école baissent considérablement.
  • organise son planning principalement ou exclusivement en fonction des activités en ligne.

Que faire?

Dans un premier lieu, il convient d’aborder le sujet ouvertement avec l’enfant, et de lui proposer son aide. Si l’enfant ne peut pour le moment pas accepter votre aide, Conseils + aide 147 de Pro Juventute est un service spécialisé discret et joignable 24h/24 pour votre enfant. N’en demandez pas trop à votre enfant et à vous-même. En présence d’une dépendance comportementale, la personne concernée ne peut pas changer du jour au lendemain. Vous pouvez cependant exprimer votre souci et accorder une liberté nécessaire pour que votre enfant puisse discuter de ses angoisses et problèmes avec vous, ou avec une personne externe. Ayez recours à une aide extérieure: les services de conseil en matière de dépendances des communes et cantons peuvent souvent proposer de l’aide et également aux familles. Vous trouverez le service spécialisé qui convient dans la base de données de www.147.ch.

L’essentiel en bref

  •  L’addiction à Internet est une addiction sans substance chimique, dont les causes doivent être recherchées au-delà de l’activité elle-même. La plupart du temps, les personnes dépendantes à Internet souffrent d’un manque de confiance en soi ou d’isolation sociale, et se trouvent «derrière le média» à nouveau dans une isolation sociale ou un manque de confiance en soi.
  • L’addiction dépend bien moins du temps passé en ligne que de l’intégration dans le quotidien et du rapport avec le reste des activités de loisirs.
  • Si un enfant est dépendant d’Internet, vous devez demander de l’aide auprès d’expert-e-s, et proposer à l’enfant de discuter avec lui.
Partager ce contenu
share
Fondation Pro Juventute
Bureau Suisse romande
Place Chauderon 24
1003 Lausanne
Tél.: +41 21 622 08 17
Fax: +41 21 622 08 11